Le prix Sidney-B.-Linden 2019 a été remis à Timothy Lutes

Date de publication : 19 juin 2020

Dans la cadre d’une cérémonie virtuelle lors de la réunion du conseil d’administration d’Aide juridique Ontario le 19 juin 2020, le prix Sidney-B.-Linden a officiellement été remis à Timothy Lutes, avocat salarié au Bureau provincial de la gestion des causes d’AJO.

Le prix Sidney-B.-Linden est attribué par Aide juridique Ontario (AJO) à des personnes exceptionnelles qui aident les Ontariennes et Ontariens à faible revenu par leur engagement à l’égard de l’accès à la justice. La cérémonie de remise du prix de cette année a été annulée en raison de la pandémie de COVID‑19. La cérémonie virtuelle a enfin permis d’honorer Tim. Tim sera également honoré en personne lors de la cérémonie de remise du prix de l’année prochaine.

Le président d’Aide juridique Ontario, Charles Harnick, a déclaré au sujet de Tim : « Il y a de très nombreuses mentions des réalisations de Tim par les avocats du secteur privé, la magistrature et les procureurs de la Couronne. Toutefois, ce que j’ai remarqué de mes conversations avec Tim depuis que le prix lui a été décerné et qui me touche le plus, c’est sa modestie, son respect et son altruisme. AJO est chanceuse de compter dans ses rangs un employé aussi dévoué que Timothy Lutes. Grâce aux réalisations de Tim, ce sont tous les employés d’AJO qui sont honorés. »

Nous sommes heureux de vous offrir l’allocution de Timothy Lutes aux membres du conseil d’administration d’AJO.

Allocution de Timothy J. Lutes

Monsieur le président Harnick, Monsieur le président-directeur général Field, Honorable juge Sidney B. Linden, distingués membres du conseil d’administration, invités, membres de la famille, amis et collègues.

Je suis extrêmement honoré d’être en votre présence et d’accepter la récompense la plus précieuse : le prix Sidney-B.-Linden 2019. C’est un honneur très inattendu. La simple nomination, c’est en soi profondément émouvant. Je suis très touché par l’appui de tous ceux qui ont si aimablement contribué à ma nomination.

Depuis la cérémonie inaugurale en 2005, les lauréats du prix Sidney-B.-Linden sont considérés à juste titre comme le reflet de l’honorable juge Sidney B. Linden. J’ai de la difficulté à imaginer que je puisse être considéré comme faisant partie de cette catégorie.

Je ne suis pas du tout un brillant orateur. En fait, la plupart du temps les mots me font défaut. J’écoute, j’observe, je réfléchis. Je sais aussi me taire quand il n’y a rien à ajouter. Mais, je m‘écarte du sujet.

Je salue les avocats du secteur privé pour leur dévouement et l’excellence de leur représentation professionnelle et constante des membres les plus vulnérables de la société.

Mon travail à AJO m’a donné l’occasion de m’engager dans la représentation des clients avec les avocats du secteur privé les plus compétents, un travail qui comprend, mais ne se limite pas :

  • aux enjeux et évolutions du droit constitutionnel;
  • au respect des droits garantis par la Charte des droits et libertés;
  • aux défis de l’application de la science dans la défense des clients;
  • aux développements de la législation à l’égard de la diversité et de l’identité raciale, notamment les applications qui visent l’élaboration de normes sociales comme les rapports sur l’impact de l’évaluation culturelle et raciale;
  • à l’absolue nécessité d’élargir la sensibilisation et d’augmenter le financement à l’égard de la santé mentale ainsi qu’à la manière dont cette dernière est abordée en ce moment et, plus importante encore, la manière dont il faut qu’elle soit abordée au sein du système de justice.

La situation actuelle exige une attention spéciale. Au cours des dernières semaines, nous nous sommes trouvés dans une situation de crise que peu de personnes ont déjà vécue et qu’avec un peu de chance, nous ne reverrons plus jamais : la COVID‑19. Je sais que vous êtes d’accord avec moi quand je dis que nous remercions du fond du cœur les travailleurs de première ligne, chaque jour et non seulement dans la situation présente, mais chaque jour de chaque année.

Dans les circonstances difficiles, qui nous forcent aujourd’hui à nous rencontrer de cette manière, j’aimerais exprimer ma profonde gratitude aux nombreuses personnes qui œuvrent dans le système judiciaire. C’est évident que des efforts inlassables sont déployés pour continuer à fournir l’accès à la justice tellement nécessaire.

Je rends un hommage particulier à la Criminal Lawyers’ Association, sous la tutelle de son président, Jonh Struthers, à tous les tribunaux de l’Ontario (CAO, CSJ, CJO) sous la direction des juges en chef Strathy, Morawetz et Maisonneuve, à tous les employés des tribunaux et aux agents des services correctionnels,

Et je ne cesserai pas de le dire : Personne et aucune association n’a donné plus qu’AJO, insufflée de l’énergie sans limites de son président-directeur général, David Field, les membres de sa haute direction et sa grande famille.

Je peux et devrais peut-être parler :

  • du besoin d’un financement plus important et plus approprié pour répondre à la demande présente et croissante en services d’aide juridique;
  • du fardeau causé par les événements imprévus comme la COVID‑19;
  • de la reconnaissance de la diversité et de l’inclusion et du rôle de chef de file qu’AJO jouera;
  • de la reconnaissance et de l’application des avancées technologiques et du besoin de fournir un moyen efficace et utile d’accéder à la justice.

Ces sujets et de nombreux autres méritent notre attention et nos efforts et, pas seulement « dans le futur ». Mais au moment présent, je dois me contenter de les mentionner.

Mes profonds remerciements à toutes et à tous!