Salle de presse : Archives des nouvelles

LAO Newsroom

Bob Ward, président-directeur général d’Aide juridique Ontario entame sa transition vers la retraite

Le 9 février 2015


Le vendredi 6 février 2015, le président-directeur général d’AJO a envoyé le courriel ci-dessous à tous les membres du personnel

Chers collègues,

L’analyse de l’état d’AJO et de la prochaine étape de son développement que nous effectuons dans le cadre des séances de planification d’automne et d’hiver nous permet de constater l’évolution remarquable et réussie de notre organisation au cours de ces dernières années.

Grâce à vos efforts dévoués et à votre professionnalisme constant, AJO offre aujourd’hui des services de plus nombreuses façons à des clients plus nombreux que jamais, et ces services sont plus rentables, plus efficaces et de meilleure qualité. Je pense que votre démarche centrée sur le client et votre esprit novateur contribuent à redéfinir de bien des manières constructives notre rôle dans l’administration de la justice en Ontario. Vous avez adapté la technologie à l’expérience de vie et aux attentes de nos clients; vous avez relevé les défis d’une reddition de comptes renforcée et vous en avez compris les avantages; vous établissez de nouveaux moyens de mieux mesurer le travail que nous faisons; vous vous êtes consacrés à une amélioration importante et continue de nos programmes, de nos politiques et de nos mécanismes. Et vous avez fait tout cela en donnant des assises financières solides à AJO, après avoir épongé sa dette en un temps record.

Malgré les nombreuses difficultés de fonctionnement, la complexité croissante des besoins juridiques des clients et la résistance au changement d’un système de justice qui a besoin de grandes réformes, vous vous êtes efforcés d’améliorer l’aide juridique dans notre province en incarnant les principes les plus élevés du service au public et de la justice sociale dans votre travail.

Certes, il reste encore beaucoup à faire. Il y aura toujours la nécessité de supprimer les entraves nombreuses et tenaces à l’accès à la justice; d’adapter ses démarches à l’évolution du système de justice, afin de bien servir ses clients; de mettre à jour ses programmes afin de suivre la dynamique changeante de la pauvreté; et d’assurer un soutien novateur et permanent à nos dévoués collègues du secteur privé et aux cliniques juridiques qui s’efforcent tellement de faire avancer les intérêts de nos clients. Et ce ne sont que quelques-uns des obstacles qui semblent constituer des caractéristiques permanentes de notre paysage professionnel.

Dans cette optique, je me suis également penché sur les prochaines étapes de ma vie personnelle. J’en ai conclu que le moment était venu pour moi de m’engager sur la voie de la retraite après une carrière de près de 42 ans au service du public, ce qui donnera à AJO l’occasion de passer le flambeau à une nouvelle génération de dirigeants qui traceront la voie à suivre et s’engageront à faire l’effort à long terme requis pour qu’AJO continue de faire valoir les intérêts de ses clients.

C’est pourquoi j’ai annoncé au conseil d’administration d’AJO que j’avais l’intention de quitter mes fonctions de président-directeur général dans onze mois environ. Je fixerai la date exacte en fonction des exigences de fonctionnement d’AJO et du moment où un nouveau président-directeur général prendra la relève.

Je tiens à communiquer mon appréciation au conseil d’administration d’AJO pour son brillant travail et son dévouement indéfectible envers l’organisation et pour son soutien résolu à l’égard de son comité de direction, ses gestionnaires et son personnel. Le conseil d’administration a toujours été ferme dans sa détermination à prendre les meilleures décisions possible dans l’intérêt des clients, des intervenants, des fournisseurs de services, des employés et du public en général. C’est un équilibre délicat et difficile à maintenir pour toute organisation du secteur public qui est rendu possible grâce à la sage direction du conseil d’administration d’AJO. Et de cela, j’en suis très reconnaissant.

AJO a été privilégiée de travailler avec des ministres provinciaux qui ont soutenu ses efforts au fil des années. Elle a eu la chance exceptionnelle de traiter avec des procureurs généraux qui, non seulement ont compris les besoins du système d’aide juridique, mais qui ont également réussi à obtenir un financement supplémentaire important pour l’aide juridique. Ces ministres, leurs représentants et les autres agents publics qui ont œuvré en coulisses avec diligence et efficacité au soutien des initiatives d’AJO méritent notre gratitude.

Je tiens également à remercier tout particulièrement madame Janet Leiper et le professeur John McCamus, les présidents du conseil d’administration pour lesquels j’ai travaillé. L’esprit d’initiative et la compassion de ces deux personnes inspirées en ce qui concerne l’accès à la justice n’ont pas de limites. Ils m’ont montré, par leur exemple professionnel, à quoi ressemble l’excellence dans le système judiciaire et ce qu’elle signifie. Je m’estime très heureux d’avoir fait partie de leurs équipes.

Enfin, je remercie le comité de direction, l’administration et les employés de tous les échelons d’AJO avec lesquels j’ai travaillé quotidiennement. Votre soutien et votre enthousiasme en faveur de la mission d’aide d’AJO visant à combler les besoins juridiques de nos concitoyens les plus marginalisés ont été une leçon d’humilité. C’est également un privilège de participer à la mission permanente d’AJO, qui consiste à faire progresser la justice sociale dans notre province.

Recevez tous l’expression de ma grande admiration et de ma profonde appréciation.

Bob