Salle de presse

Archives des nouvelles

LAO Newsroom

Représenter AJO en prison s’avère une précieuse expérience de stage en droit

Le 2 avril 2013


Portrait d’un stagiaire à Aide juridique Ontario : Steven Akman

Steven Akman est allé en prison. Au cours des cinq derniers mois, le stagiaire a représenté Aide juridique Ontario (AJO) au Pénitencier de Kingston, la prison historique à sécurité maximale qui doit fermer ses portes d’ici deux ans.

Steven Akman

« Je n’avais jamais imaginé qu’en tant que stagiaire, j’aurais la chance de faire partie de quelque chose comme ça, déclare Steven Akman à propos de sa participation à la Commission de modernisation du tribunal « WASH ». »

Steven n’avait jamais envisagé d’exercer en droit correctionnel avant que son expérience de stage le place au coeur même du système carcéral. Il y rencontre régulièrement des délinquants qui demandent de l’aide juridique. Après avoir passé bon nombre d’heures de travail au sein du système carcéral, Steven envisage maintenant de poursuivre dans cette voie.

« Chaque situation est unique », explique-t-il, citant des questions juridiques allant d’une demande de désignation de délinquant dangereux à une audience disciplinaire pour possession de produits de contrebande.

Comme Steven le fait observer, les accusations d’infraction disciplinaire et les peines sont différentes dans le système carcéral. D’une part, c’est un processus assez informel qui peut entraîner des peines allant d’une amende à l’isolement cellulaire, en passant par la perte de privilèges. Le règlement peut se faire dans un couloir, à l’extérieur du tribunal.

« J’avais imaginé un décor différent, dit-il à propos de sa première audience devant un tribunal disciplinaire. Je pensais que ce serait semblable à un tribunal pénal à l’extérieur et j’ai été très surpris de voir une salle aménagée avec seulement quelques tables et quelques chaises. »

Mais si certaines choses sont informelles, d’autres ne le sont pas.

« Je dois encore me présenter chaque semaine aux agents des services correctionnels à l’entrée principale du pénitencier! », s’exclame Steven.


La décision de devenir avocat

Pour Steven, la décision de poursuivre une carrière juridique est venue tôt. Elle remonte à la 11e année, lorsqu’il a choisi le droit comme l’un de ses cours à option. Plus tard, il a fait des stages au ministère du Procureur général de l’Ontario et au ministère de la Justice Canada, tout en complétant un diplôme en criminologie et justice pénale à l’Université Carleton, puis en poursuivant ses études de droit à l’Université d’Ottawa.

À la fin de ses études, il ne savait pas trop dans quel domaine du droit il allait exercer. Le programme de stages d’AJO a attiré sont attention parce qu’il permet aux stagiaires de travailler dans divers domaines du droit tout en offrant des services juridiques aux personnes défavorisées. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles Steven souhaitait faire son stage final de droit à AJO.

Attendre de savoir si sa candidature avait été acceptée était une chose, mais recevoir enfin l’appel attendu dans un garage souterrain en était une autre.

« J’avais peur de perdre le signal sur mon cellulaire et que la communication soit coupée! », se souvient-il.

Steven a choisi de passer ses examens du barreau en juin, avant de commencer son stage en droit. Peu de temps après le début de son stage à AJO, en juillet, Steven s’est vu confier des tâches instructives et intéressantes.


Contribuer à la modernisation du système judiciaire WASH

En plus de fournir des services juridiques au sein du système carcéral, Steven a aussi eu l’occasion, pendant son stage, de travailler dans le cadre du tribunal des fins de semaine et jours fériés (tribunal « Wash »), qui dessert vingt postes de police.

Les personnes placées en garde à vue au cours d’une fin de semaine ou d’un jour férié doivent comparaître devant un juge en attendant qu’une enquête sur le cautionnement en personne soit possible; ces personnes sont placées devant un système de vidéoconférence relié à la Cour provinciale en vue d’une possible mise en liberté provisoire par voie judiciaire (sous caution).

Steven partage régulièrement les dossiers avec l’avocat de service avant le début de l’audience et « rencontre » l’accusé par vidéoconférence. Lorsque c’est possible, il travaille aux libérations sur consentement avec le procureur de la Couronne.

« Je n’avais jamais entendu parler de ce type de tribunal avant le début de mon stage, déclare Steve. Le tribunal a habituellement un horaire très chargé, avec jusqu’à 10 à 20 accusés par jour nécessitant l’assistance d’un avocat de service. Certains jours peuvent être longs, mais on n’a pas le temps de s’ennuyer. C’est toujours passionnant. »

Chaque semaine, il y a quelque chose de nouveau. En travaillant chaque semaine avec des avocats de service et des procureurs adjoints de la Couronne différents, Steven a eu l’occasion d’apprendre beaucoup en observant leurs styles très variés.

Actuellement, Steven participe à la commission de modernisation du tribunal WASH, aux côtés de magistrats, d’avocats de service, d’avocats de la défense, de procureurs de la Couronne et de représentants des services de police et de la Cour criminelle de Kingston.

« Je n’avais jamais imaginé qu’en tant que stagiaire, j’aurais la chance de faire partie de quelque chose comme ça, déclare Steven. C’est un privilège de travailler aux côtés de personnalités éminentes pour résoudre les problèmes et faire changer les choses. »

Steven souligne l’expérience unique qu’offre le programme de stages d’AJO : la faculté de droit lui a fourni un enseignement théorique, tandis qu’à AJO, il a appris concrètement à traiter avec des clients.

Lorsqu’il aura terminé son stage, en mai, Steven espère continuer de travailler à AJO grâce à la Gestion du bassin d’avocats.


Renseignements



Pour plus d'information sur les possibilités d'emploi à AJO, contactez le centre d'information sur les Ressources humaines d'AJO, au genlws@lao.on.ca, ou par téléphone à 1 800 668-8258.