Salle de presse

Archives des nouvelles

LAO Newsroom

Dans les tribunaux très affairés de Toronto, on ne s'ennuie pas déclare le parajuriste

Le 26 mars 2013


Portrait d’un stagiaire à Aide juridique Ontario : Alex Kens

Alex Kens, auxiliaire de l'aide juridique originaire d'Ukraine, admet que lorsqu'il a immigré au Canada, il ne comprenait pas bien le rôle d'Aide juridique Ontario (AJO).

Alex Kens

« Nous avons vraiment pu l'aider — et c'est satisfaisant de savoir qu'on aide vraiment les gens »
— Alex Kens

« Ce genre de système n'existe pas en Ukraine» explique-t-il. « Je ne sais même pas ce que font les gens en Ukraine lorsqu’ils ont des problèmes juridiques »

Depuis qu'il a commencé à travailler au bureau d'avocat de service d'un des tribunaux pénaux les plus affairés de la ville, Alex a acquis une connaissance pratique des nombreux services offerts par AJO. Une journée typique consiste à interroger les personnes qui viennent d'être arrêtées, contacter les cautions et faire tout le travail de préparation pour les avocats de service.

« Beaucoup de clients sont récidivistes », note-t-il. « Et plusieurs souffrent de problèmes de santé mentale. »


Une approche réfléchie à l'égard des clients souffrant de problèmes de santé mentale

Alex note que les clients qui souffrent de problèmes de santé mentale ont besoin d'une approche particulière et cette approche est requise même lorsque le rythme à College Park est effréné en raison du nombre élevé de détenus qui ont besoin d’assistance. Souvent, il suffit de prendre le temps de bien les écouter pour résoudre le problème.

Il se souvient du cas particulier d'une cliente qui avait été arrêtée et relâchée plusieurs fois.

Visiblement, un plan de libération conditionnelle plus efficace s’imposait.

Alex rencontra la cliente pour comprendre ses souhaits et ses besoins. Ceci exigea du temps, car il fallait gagner la confiance de la clientèle et établir une relation avec elle, mais la discussion permit à Alex de mieux comprendre la situation de sa cliente et ainsi de mieux savoir comment procéder.

Il contribua ainsi à trouver un avocat de service spécialisé en santé mentale pour la cliente. Un nouveau plan de libération conditionnelle a été établi. Dans le cadre de ce plan, outre qu’elle avait l’obligation de rapporter au Tribunal pour les personnes ayant des troubles mentaux dans l'ancien Hôtel de Ville, la cliente a été mise en contact avec des docteurs et un travailleur social pour qu’elle obtienne l’assistance dont elle avait besoin.

« Nous avons vraiment pu l'aider — et c'est satisfaisant de savoir qu'on aide vraiment les gens », déclare Alex.

Alex est surtout reconnaissant à sa supérieure Renza Cecchetto, de lui avoir beaucoup appris sur les nombreux facteurs qui entrent en jeu lors de l'assistance aux personnes souffrant de troubles mentaux.

Renza était l’avocate de service principale à College Park depuis l’an 2000 et occupe le poste d’avocat de service à AJO depuis 1991, l’année de son admission au barreau.

« Renza est tout simplement extraordinaire lorsqu'elle assiste les clients souffrant de problèmes de santé mentale.

Elle s’occupe des affaires les plus difficiles et si elle n’arrive pas à aider ses clients, personne d’autre ne le pourra »

Alex reconnaît qu'il faut davantage de temps pour assister des clients ayant des troubles mentaux, mais qu’il est nécessaire de prendre ce temps pour fournir une aide constructive.


Faire carrière au sein d'AJO

C’est surtout parce qu’il voulait être en mesure d'aider les gens qu’Alex a choisi de faire carrière à AJO.

Lorsqu'il a immigré au Canada, il détenait deux diplômes — un en enseignement de l'anglais et l’autre en gestion administrative. Son intérêt pour le droit et le fait qu'il savait qu'il y avait une forte demande de parajuristes dans le système judiciaire l'ont incité à s'inscrire au programme de parajuriste au Humber College.

Il admet qu'en 2008, il n'était pas facile de trouver des stages. Aide juridique Ontario collabore maintenant avec le Humber College pour aider les étudiants du programme de parajuriste à obtenir de l’expérience au moyen de placement au sein du système de justice dans la RGT. L'été passé, le bureau d'avocat de service en droit criminel à Toronto a accueilli un stagiaire.

Alex a fait son stage à la South Etobicoke Legal Clinic où il a régulièrement travaillé sur des demandes d'appels de décision du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées et sur des différends entre propriétaires et locataires. En 2008, il a occupé le poste à temps plein d'agent d’évaluation des demandes au bureau régional d’Etobicoke. En raison de son origine ukrainienne, il a souvent été amené à servir d'interprète en russe et en ukrainien.

Ayant observé de lui-même l'aide offerte aux personnes dans le besoin, il déclare: « J'ai aimé l'idée de travailler pour un organisme qui arrive réellement en aide aux gens lorsqu'ils en ont besoin le plus. »

En 2010, lorsqu'il a rejoint le bureau d'avocat de service, il était parajuriste autorisé par le Barreau du Haut-Canada. Au cours de la même année, sa carrière a connu de nombreux changements heureux. Le rythme de travail entre la clinique, le bureau régional et le bureau de l'avocat de service est bien différent. À la Cour pénale de Toronto où il s’acquitte de ses fonctions, chaque jour est très occupé et le rythme est effréné — mais c'est exactement cela qu'il aime.

Bien que le travail au palais de justice lui a beaucoup appris, Alex note que les connaissances théoriques du droit et du système judiciaire acquises dans le cadre de sa formation de parajuriste lui ont permis de naviguer dans le complexe système judiciaire.

« On ne s'ennuie pas au palais de justice » Alex ajoute en riant.

À AJO, il se sent à sa place.


Renseignements



Pour plus d'information sur les possibilités d'emploi à AJO, contactez le centre d'information sur les Ressources humaines d'AJO, au genlws@lao.on.ca, ou par téléphone à 1 800 668-8258.