Salle de presse

Archives des nouvelles

LAO Newsroom

Lettre d’AJO en réponse à l’article du Toronto Sun

Le 17 mars 2010

Lettre au rédacteur en chef du Toronto Sun

Objet : Article intitulé « Legal Aid Lawyer a no-show…again »

Monsieur

Je vous écris au sujet de l’article de Tracy McLaughlin intitulé : « Legal Aid Lawyer a no-show again ». Les avocats du secteur privé qui fournissent des services à des clients en raison d’un certificat d’aide juridique doivent être inscrits sur les listes d’avocats qui font du travail d’aide juridique. Ces listes sont établies dans les régions et couvrent un certain nombre de domaines du droit comme le droit criminel, le droit de la famille et la protection de l’enfance. Pour chaque liste, des normes ont été établies et elles doivent être respectées par les avocats pour que ceux-ci soient inscrits sur la liste et s’y maintiennent. La conformité aux normes est surveillée étroitement. Lorsqu’une situation semblable à celle décrite par Mme McLaughlin est portée à l’attention du directeur régional qui a la charge de la liste, des mesures sont prises pour rectifier la situation.

Ces mesures peuvent comprendre une rencontre avec l’avocat, l’ajout de conditions au maintien de l’avocat sur la liste et, s’il y a lieu, le retrait de l’avocat de la liste.

J’aimerais également corriger l’impression donnée par l’article qu’AJO désigne des avocats pour représenter les clients. AJO ne désigne pas les avocats pour les clients qui sont admissibles en matière financière et légale à recevoir un certificat sauf dans le cas où le client ne peut lui-même retenir les services d’un avocat à cause d’une incapacité mentale. Autrement, le client reçoit une confirmation de son admissibilité à un certificat ce qui lui donne le droit de choisir un avocat parmi ceux inscrits sur les liste des avocats d’aide juridique. Les listes sont mises à jour pour les clients et elles sont remises aux clients qui demandent de l’aide pour choisir un avocat. En fait, la Loi de 1998 sur les services d’aide juridique et ses règlements interdisent aux employés de l’aide juridique de recommander un avocat pour faire du travail en raison d’un certificat.

Merci,
Randall Ellsworth
Vice-président, Régions du Nord, du Centre et de l’Est
Aide juridique Ontario